Clinique Saumery

Bienvenue à Saumery

Depuis 1938, au château de Saumery à Huisseau sur Cosson, pays de Chambord, la clinique médicale du centre prodigue des soins aux personnes souffrant de troubles psychiques.

La PSYCHOTHERAPIE INSTITUTIONNELLE développée ici est héritée de François Tosquelles et Jean Oury.

L'approche affine et reconsidère la notion même d’hospitalisation, dans sa qualité d'accueil qui, complétée d'une démarche psychodynamique vise l’inflexion positive du parcours de soin.

L’offre privée est ici complémentaire de l’offre sanitaire publique. Elle accueille les mêmes usagers, à des moments différents de leur cheminement.  Aucun dépassement tarifaire n'est pratiqué.

A partir des années 2000, le projet médical s'est progressivement orienté en direction de la jeunesse. Une unité Soins Etudes, destinée aux 15 - 25 ans, a ouvert en 2009.  Un hôpital de jour, "la Maison d'Artémis"  a été inauguré fin 2015 à Blois, pour des jeunes âgés de 11 à 17 ans.

Depuis 2012, la clinique participe à la formation des internes en psychiatrie.

Pôles ressources, lieux de formation et d’échanges cliniques approfondis, publications, la clinique de Saumery et la maison d'Artémis contribuent à la qualité de l'environnement sanitaire psychiatrique local, régional et national.

Actualités

10eme Colloque de Saumery

Les 6 et 7 Juin 2020 à l'occasion des 10 ans de l'Unité Soins Intégration Scolaire la clinique, l'association culturelle, l'institut du Cosson et le club thérapeutique organisent un colloque - festival sur le thème : Soins Solidaires

"En désignant la santé, le bien-être, la victoire contre l’infortune, la guérison d’une maladie, la grâce d’un prince ou encore la simple bienséance, salus suggère un principe de conservation. Salus « santé » et salvus « sain et sauf » répondent à l’idée d’une intégrité maintenue ou restaurée. Du grec ancien holos, le latin soluo signifie « entier ». Un solidus si consistant qu’il deviendra bientôt sous l’empereur Constantin et pour dix siècles à venir, le lien entre les débiteurs d'une somme — le sou.
La solidarité vise le sentiment de responsabilité et de dépendance réciproque au sein d'un groupe de personnes qui sont moralement obligées les unes par rapport aux autres. Si soin, solidarité et économie ont l’étymologie commune, quelle est la monnaie d’échange entre tous ceux qui s’occupent d’un élève, d’un patient, d’un usager ?
Insignare — enseigner par le signe — croise singulièrement la clinique du symptôme — ce qui fait signe au lit du malade. L’enseignant développe la curiosité de son élève pour déchiffrer, même objectif du soignant pour le patient devenu hermétique à lui-même. Médecins et professeurs partageraient-ils un même sou de curiosité ? du latin cura, cure, soin, souci.
Le soin solidaire trouverait ainsi son sens dans le déchiffrage, la conquête d’une solidité et le partage d’un souci. Le symptôme, la copie de l’élève, le document de justice et le rapport de l’ASE, autant de curiosités à relier ensemble pour retrouver l’intelligence des signes qui se déploient désolidarisés devant nous".

Programme en construction

Séminaire 2019 - 2020 "Soins solidaires"

« Soins Solidaires »

"En désignant la santé, le bien-être, la victoire contre l’infortune, la guérison d’une maladie, la grâce d’un prince ou encore la simple bienséance, salus suggère un principe de conservation. Salus « santé » et salvus « sain et sauf » répondent à l’idée d’une intégrité maintenue ou restaurée. Du grec ancien holos, le latin soluo signifie « entier ». Un solidus si consistant qu’il deviendra bientôt sous l’empereur Constantin et pour dix siècles à venir, le lien entre les débiteurs d'une somme — le sou.
La solidarité vise le sentiment de responsabilité et de dépendance réciproque au sein d'un groupe de personnes qui sont moralement obligées les unes par rapport aux autres. Si soin, solidarité et économie ont l’étymologie commune, quelle est la monnaie d’échange entre tous ceux qui s’occupent d’un élève, d’un patient, d’un usager ?
Insignare — enseigner par le signe — croise singulièrement la clinique du symptôme — ce qui fait signe au lit du malade. L’enseignant développe la curiosité de son élève pour déchiffrer, même objectif du soignant pour le patient devenu hermétique à lui-même. Médecins et professeurs partageraient-ils un même sou de curiosité ? du latin cura, cure, soin, souci.
Le soin solidaire trouverait ainsi son sens dans le déchiffrage, la conquête d’une solidité et le partage d’un souci. Le symptôme, la copie de l’élève, le document de justice et le rapport de l’ASE, autant de curiosités à relier ensemble pour retrouver l’intelligence des signes qui se déploient désolidarisés devant nous".


Ce séminaire est ouvert à tous les professionnels du secteur social, médico-social, judiciaire, de l’éducation nationale et du sanitaire, ainsi qu’à tous les étudiants, aux internes en psychiatrie et pédopsychiatrie dans le cadre de leur séminaire optionnel.
Un vendredi par mois au salon vert du château de Saumery 19.00 à 20.30
Engagement sur l’année, utile pour la dynamique du groupe
Inscription libre.

Calendrier :
20 septembre 2019
18 octobre 2019
8 Novembre 2019
6 Décembre 2019
10 Janvier 2020
21 Février 2020
6 Mars 2020
24 Avril 2020
15 Mai 2020

Le séminaire aidera à la construction de la maquette du 10ème Colloque de Saumery programmé les 6 et 7 juin 2020 sur le même thème.
Toutes les actualités