Vous êtes sur une des pages du site de la clinique de Saumery. L'hôpital de jour la Maison d'Artémis est en effet un développement de l'activité du pôle adolescent de la clinique.

"NOS JEUNES ADOLESCENTS ONT BESOIN DE NOTRE ENGAGEMENT"


Principes généraux

Hospitalisation de Jour

est destinée aux adolescents âgés de 11 à 17 ans, domiciliés dans le Loir et Cher (et départements limitrophes) souffrant de difficultés psychologiques ou psychiatriques qui grèvent sévèrement leur développement personnel, social, familial avec un retentissement péjoratif sur leur scolarité et leur avenir.


Guidance

est destinée à l’entourage familial et/ou professionnel pour soutenir la place du jeune au sein de sa famille ou de son lieu de vie institutionnel. Elle propose une aide dynamique pour repérer les difficultés de chacun et aider leur transformation en évitant au maximum les ruptures de liens.


Dépistage et prévention

La démarche globale et coordonnée Maison d'Artémis - Clinique de Saumery vise à améliorer l'évaluation et la prise en charge médico-psychologique précoce et rapide de troubles psychiques sérieux, le plus souvent masqués par la banalisation ou des problèmes de comportement pseudo-adolescents.

Le repli, la mise en scène, le trop de silence ou de bruit , à l'école comme à la maison, les plaintes somatiques répétées, les troubles du sommeil et les addictions, autant de phénomènes courants qui peuvent cacher une détresse personnelle ou familiale.

A un âge où la plasticité des symptômes et des comportements est encore importante, l'accompagnement multidisciplinaire et pluriprofessionnel précoce du jeune et de son entourage permet une transformation salutaire des difficultés et de leurs représentations.


Projet Médical

Parcours individualisé et groupal

Après une hypothèse de départ, le projet de soins évolue pas à pas en tenant compte de l’entourage du patient, du contexte familial, affectif, amical et social, ainsi que des partenaires professionnels, s’ils existent.

Il s'agit de repérer, soutenir, renforcer les points faibles du patient et de son entourage mais aussi de s’appuyer sur leurs points forts.

Le projet de soins propose de tisser un maillage somato-psycho-social suffisamment solide pour apaiser les tensions et contenir les symptômes avec l’idée de prévenir l’installation durable d’une « identité de malade » et son risque de chronicisation.

D’où l’importance de lier ensemble - surtout à l’adolescence - les processus de socialisation et de subjectivation. A cet âge la dimension éducative est prédominante et doit redonner toute sa légitimité à la famille.

La dimension institutionnelle demeure présente, sa solidité et son élaboration constante garantissent la réussite du projet.

L’axe thérapeutique principal se construit à partir d’une grille de lecture psycho dynamique où, expériences, situations vécues, observations des patients et des professionnels sont échangées, discutées et ré-envisagées dans une perspective positivante.

Considérer les difficultés et représentations négatives de chacun en éléments de transformation constitue un travail intensif constant.

La prise en charge est globale, médicale, neuropsychologique, psychothérapeutique, sociale, corporelle, éducative, familiale, judiciaire, scolaire.


Soins médicaux et infirmiers

Ils sont établis, ordonnés et délivrés sous les directives du psychiatre ou pédopsychiatre. En cas de besoin, le médecin délivre des ordonnances et suit avec l’infirmière, l’observance des traitements, leur évaluation clinique en concertation avec l'entourage du jeune.

L’équipe infirmière assure les petits soins, aide la famille dans le gestion des traitements, participe aux actes de prévention : vaccinations, douleur, nutrition, infections, métabolisme.

Présente à temps plein, elle accompagne le psychiatre dans son activité de consultation et inscrit son activité dans le réseau avec le pédiatre, le médecin traitant généraliste et les spécialistes.


Soins psychothérapeutiques

La psychothérapie individuelle et/ou de groupe (groupes de parole) a comme objectif d’aider les personnes à construire un processus de subjectivation en utilisant la parole comme principal outil de communication.

En présence de jeunes patients qui par définition souffrent parce qu’ils ne savent pas dire ce qui les trouble, les psychothérapeutes utilisent à la fois des médiations (jeux, dessin, pâte à modeler, jouets) et à la fois des techniques d’analyse et d’auto-observation qui les aident à déchiffrer les vécus de l’enfant puis de leur restituer ce qu’ils ont compris de son fonctionnement. L’analyse se poursuit en évaluant les réponses et les réactions de l’enfant à cette dynamique relationnelle.

Le travail des psychologues consiste à prendre en compte les phénomènes intersubjectifs et interpersonnels comme des tentatives des patients pour exprimer ce qu’ils vivent à l’intérieur d’eux et en famille. Un tel décryptage est important également pour le travail de guidance où les psychologues interviennent.

Le principe psychothérapeutique général vise à éviter les phénomènes de sur-culpabilisation. Les familles, les parents sont des partenaires à part entière.

Des réunions quotidiennes regroupent enfants et professionnels autour des projets, des activités, des difficultés. Elles rythment la journée, la semaine, elles constituent un moyen de régulation des problèmes et sollicitent l’entraide collective. Les plus avancés dans les soins aident ceux qui peinent, les plus grands aident les plus petits.


Approche Neuropsychologique

Des prises en charge en neuropsychologie sont proposées au sein de la maison d’Artémis.  Elles s’articulent selon deux axes : l’évaluation et la remédiation cognitive.


L’évaluation

La neuropsychologie étudie les désordres cognitifs liés au dysfonctionnement cérébral. L’origine de ces désordres peut être liée aux maladies neurologiques, psychiatriques, neuro-développementales ou encore à la consommation de substances toxiques.

Un bilan neuropsychologique fait état de l’intégrité des différentes sphères cognitives et tente d’expliquer leur origine. Il permet de préciser les décisions thérapeutiques et il peut être un point de départ pour une prise en charge de ces difficultés.

Une évaluation neuropsychologique est orientée en fonction de la demande établie au préalable et peut comprendre l’examen :

     - Des fonctions cognitives (mémoire, attention, fonctions exécutives, visuo-perception, langage)

     - De l’efficience intellectuelle actuelle et prémorbide

     - De la cognition sociale (théorie de l’esprit, émotions)

     - Du comportement

Une restitution orale et écrite de l’évaluation est proposée, ainsi que des orientations de prise en charge si besoin. Les troubles cognitifs sont souvent source d’importante souffrance et d’un sentiment de handicap au quotidien.


La Remédiation cognitive

La remédiation cognitive est un processus d’apprentissage qui cible les aires du fonctionnement neuropsychologique impliquées dans l’apprentissage et le fonctionnement quotidien de notre cerveau.

Ces processus utilisent des techniques conçues pour améliorer le fonctionnement des individus dont les fonctions cognitives telles que l’attention, la mémoire, le langage, les capacités visuo-spatiales et les fonctions exécutives.

Les buts de la remédiation cognitive sont de soutenir les capacités cognitives spécifiques affaiblies mais également d’apprendre des stratégies compensatoires.

Les difficultés d’apprentissage peuvent entraver la progression dans le domaine du langage incluant la lecture, la compréhension et la communication orale, écrite, arithmétique, mais également la compréhension d’informations non verbales telles que la notion de l’heure, ou d’informations visuelles, ainsi que la compréhension des interactions et indices sociaux.

Des difficultés à se concentrer, à résoudre des problèmes, à s’organiser, à identifier des erreurs, et à utiliser les retours d’expérience de manière efficace sont également des points qui peuvent être améliorés grâce à la remédiation cognitive.


Médiations corporelles

Les soins de patients souffrant de troubles psychiques demandent à tenir compte de manifestations corporelles particulières (sensorielles, musculaires, équilibre, tonus) qui constituent parfois un langage non-verbal ou pré-verbal.

Une salle de repos confortable, insonorisée est disponible, les enfants peuvent s'isoler et se détendre.

Une salle de bain, avec tout le confort et l’intimité nécessaires peut être utilisée pour une remise en forme. Certains enfants ont besoin d’être accompagnés pour une toilette ou acquérir une meilleure considération de leur hygiène.

L'équipe propose des séances de relaxation et de musicothérapie.

Chaque semaine, un groupe se rend dans un centre équestre pour de l'équithérapie.

Une thérapie par enveloppements peut être proposée avec l’accord explicite des parents.

Des partenariats avec des psychomotriciens, des orthophonistes, des médecins rééducateurs sont envisageables au cas par cas.

Des activités physiques sont organisées en extérieur (piscine, gymnase, jeux de plein air, promenades, sports collectifs, équitation). Mis en place avec des clubs de sport ou des aménagements sportifs existants.


Ateliers et Médiations thérapeutiques

Des ateliers collectifs fonctionnent sur place (peinture, dessin, jeux, musique, vidéo) selon les compétences des animateurs et des éducateurs.

Ils peuvent aussi être organisés dans des espaces sociaux publics (bibliothèque municipale, La fabrique, La Fondation du Doute, conservatoire, musées et tous autres lieux ouverts au public).

Les liens avec les différents partenaires sont appelés à se tisser et se développer.


Vie de la maison

La vie quotidienne est considérée comme un principe organisateur somato-psychique essentiel et permet de voir comment l’enfant est lui-même structuré.

Une maîtresse de maison anime la vie de la maison autour des tâches domestiques en impliquant les adolescents aux rythmes de vie souvent désorganisés.

Leur participation est requise aux espaces de vie (ateliers cuisine, vaisselle, ménage (en partie sous-traité), courses à la boulangerie...)

Le matin, un petit déjeuner est parfois servi lors de la réunion d'accueil. Le midi, des repas chauds sont livrés. Un goûter est consommé après les excursions et avant de se dire au revoir.


Soutien pédagogique

Le principe est de mettre un enseignant à disposition des patients pour les soutenir dans leur scolarité, retrouver une place au sein du collège, du lycée ou amorcer un projet de formation.

L'équipe soignante est en lien constant avec les professionnels de l'Education Nationale et la MDPH, de manière à :

     - Améliorer la vigilance lors des phases de transition (rentrée au collège, brevet, vacances, admission chez un patron...), 

    - Aménager la scolarité en lien avec les équipes enseignantes,

    - Contribuer à préciser les besoins en matière de handicap,

    - Collaborer étroitement sur les situations à risques avec la médecine scolaire.

Ce projet se structurera au fur et à mesure du développement de la maison d'Artémis.


Admission

Le Dossier d'admission type est disponible sur cette page. Il peut être communiqué aux familles et aux professionnels qui font une demande de prise en charge.

Demandez à votre médecin de remplir la partie médicale également disponible sur cette page

Le psychiatre coordinateur traite en priorité les dossiers complets, en fait une synthèse qu'il discute avec l'équipe de soins.

La séquence d'admission comporte :

     - Deux ou trois entretiens avec le jeune, sa famille et/ou ses référents, au cours desquels on propose une visite de la structure, présente son fonctionnement, son équipe. Le livret d’accueil est remis.

     - Une période d'observation d'une ou deux semaines au cours desquelles le jeune vient chaque jour.

Le parcours d'admission vise à évaluer la pertinence de l'indication, rassemble les éléments, permet de faire un premier bilan pluriprofessionnel et de rechercher des solutions alternatives : consultation ambulatoire, hospitalisation temps plein, guidance isolée, orientation vers un autre dispositif territorial.

Les critères d’admission tiennent compte de l'acceptation réelle du jeune et de sa famille, de ses capacités de contenance, de la dynamique en cours au sein du groupe adolescent,  la solidité de l’entourage, la demande et les besoins des partenaires.

L’implication des familles et des professionnels dans un travail de guidance est un facteur facilitant.

En délimitant le périmètre du projet de soins et les partenaires impliqués, ce parcours d'admission a pour ambition d'organiser au mieux l'accueil du jeune : Fréquence des venues, nature des soins, bilans à programmer, type d’activités, repas, accompagnements individualisés, guidance, coopération territoriale, relations à la scolarité, aspects sociaux, judiciaires...


Guidance

Principes

Une guidance infantile ou infanto-juvénile a habituellement pour objectif de venir en aide aux enfants ayant des problèmes affectifs et à leur entourage familial.

La souffrance adolescente compromet sérieusement la vie des familles et la vie propre de l’adolescent, ainsi que le déroulement naturel du projet initial parental. Normale ou pathologique, elle menace les apprentissages, l’insertion dans le milieu social et scolaire, la légitimité subjective.

La crise adolescente est une crise de maturation qui fait écho à celle des parents. Elle bouscule également les équipes et les institutions qui l’accueillent.

En situation psychiatrique courante, l’expérience montre que les chances de succès thérapeutique s’accroissent avec l’accueil et l’accompagnement dont peuvent bénéficier les familles, les équipes de soin et les équipes médico-sociales.

Préconisée ici, l’approche psycho dynamique sert à mettre en évidence les aspects vivants des conflits afin de faire émerger et de réaliser, les potentialités de croissance qui leur sont inhérentes.

La « méthode d’analyse institutionnelle » déploie toute sa pertinence lorsqu’elle met au service des groupes (familiaux, pédagogiques, sanitaires) des outils qui les aident à penser leurs pratiques et leur travail quotidien. En psychiatrie ou psychothérapie, l’orientation majeure à retenir est qu’on ne peut soigner les patients si l’on ne soigne pas le dispositif de soins dans son ensemble.

Dans une cure individuelle, il s’agit de soigner le cadre avec comme principal partenaire son patient. Dans un Etablissement, il tient lieu de soigner les liens et les articulations entre les différentes logiques (thérapeutiques, financières, techniques, logistiques, groupales) avec un ensemble de partenaires qui n’ont pas les mêmes compétences, intérêts, objectifs et responsabilités.

La maison d’Artémis applique le principe de guidance à tous les adolescents qui sont admis. La famille, les détenteurs de l’autorité parentale, l’entourage professionnel est convié à s’impliquer dans ce travail de guidance.

Les soins prodigués aux adolescents à la maison d’Artémis sont systématiquement assortis d’une guidance familiale et professionnelle régulières. Les équipes et les familles s’engagent donc à la fois pour un contrat de soins et un contrat de guidance.


Objectifs

     - Aider les parents à relativiser leurs pensées, leurs réactions, émotions et ressentis d’urgence,

     - Reconnaître équitablement les souffrances endurées par chacun

     - Aider à penser : « au lieu d’augmenter le niveau de la voix, améliorer la qualité du débat »

     - Accompagner la douleur des processus de changement contigus aux crises,

     - Offrir un espace de pensée, distinct de celui du jeune patient, un espace où il sait que ses parents ou ses éducateurs peuvent parler de lui à quelqu’un d’autre qui écoute et conseille

     - Répondre à des besoins de formation des professionnels qui confrontés à des adolescents en crise au sein de leurs institutions, peuvent eux aussi souffrir « comme des parents »

     - Restaurer la culture de l’ambiance au sein des familles et des équipes mises à mal par le processus critique que le conjoint, l’enfant et/ou le patient traverse

     - Développer des compétences, de la compréhension et de la solidarité entre les familles à travers des forums ouverts aux familles

     - Prévention des situations de rupture et des vécus de rejet par un soutien « éducatif » actif de l’entourage, parents et professionnels, avec le souci de restaurer leurs savoirs éducatifs et affectifs.


Public concerné

L’unité de guidance est destinée aux familles, aux parents, aux détenteurs de l’autorité parentale, aux équipes responsables d’adolescents domiciliés dans le Loir et Cher, âgés de 11 à 17 ans et repérés en souffrance par les différentes instances sentinelles (milieu scolaire, médecin traitant, maison des ados) et/ou déjà en soin (hospitalisés ou non, dans des cliniques ou à l’hôpital).

Familles bi ou monoparentales
Milieu Educatif détenteur de l’autorité parentale
Tiers dignes de confiance
Familles d’accueil et familles thérapeutiques
Institutions sociales et médico-sociales
Education Nationale
Justice
Services de santé en difficulté


Coopération territoriale

Clinique de Saumery

Plateau technique de la clinique de Saumery qui s’est engagée en 2009 dans la constitution d’un dispositif adolescent avec l’ouverture de son unité soins intégration scolaire, unité d’hospitalisation temps plein destinée aux adolescents 15-25 ans de la région Centre.

Les liens entre la Maison d'Artémis et la Clinique de Saumery (USIS et HDJ) ont mission à se développer afin de prévenir les ruptures de soin, surtout autour du cap des 18 ans.

Tel : 02 54 51 28 28

mail : contact@saumery.fr

Web : cliniquesaumery.com


Coopération Sanitaire

La Maison d’Artémis appartient au maillage sanitaire territorial et sa position dans le parcours de soin est complémentaire des dispositifs existants ou à venir.

Elle a vertu à s’engager dans le schéma de coopération sanitaire départementale qui prévoit de lier par conventions les centres hospitaliers de Blois, Romorantin-Lanthenay, Vendôme.

Ces liens fonctionnels avec les partenaires du champ sanitaire doivent s'étendre aux champs médicosocial (CMPP), social (Associations, maisons d'enfants à caractère social...), médico-psycho-éducatif (IME, ITEP), pédagogiques et judiciaires.

Et à ce titre, elle fait partie du Réseau CADO 41 (Coopération ADOlescente) actuellement en germe au sein du département.


Contrat Local de Santé

Depuis 2016, avec l'UNAFAM 41, la  Maison d'Artémis s'est engagée auprès de la ville de Blois dans le cadre de son contrat local de santé avec la proposition suivante : Intégrer le Volet "Santé mentale et jeunes" en constituant un groupe de travail en santé mentale des adolescents.

Ce groupe de travail suit l'axe stratégique du CLS de Blois qui vise le maintien dans la cité des personnes en souffrance psychique et des personnes souffrant de maladie mentale.

La jeunesse apparaît souvent comme une période enviable de la vie: l'avenir vous attend, le monde et la vie s'ouvre à vous. La plupart des jeunes disent d'ailleurs que tout va bien pour eux. Et pourtant, on peut être jeune et mal à l'aise avec les autres, angoissé(e) pour son avenir, tourmenté(e) par des questions sans réponse ou par une souffrance morale parfois intense.

Comment savoir si les hauts et les bas vécus font partie des étapes normales de l'adolescence ou signalent un besoin d'aide ? Voir la Plaquette psycom "santé mentale et jeunes" : www.psycom.org/Troubles-psychiques/Sante-mentale-et/Sante-mentale-et-jeunes

Force est de constater que chacun des acteurs œuvrant auprès des jeunes de notre territoire  est porteur d'un espace où il reçoit des plaintes, des demandes, etc.

Les démarches des personnes souffrant psychiquement ont toujours une origine complexe. C’est là que se glissent nos complémentarités. Mais comment les mettre en harmonie ou en convergence ?

Le projet du CLS vise donc à

     - Partager les connaissances, faciliter les liens entre les partenaires en charge des adolescents, de leur entourage.

     - Participer à l'élaboration d'une culture commune en santé mentale

     - Constituer un groupe de travail avec pour fils conducteurs :

          • Questionnements suscités par les troubles psychiques,

          • Faire reculer les représentations négatives autour des troubles et souffrances psychiques, les modalités de prise en charge, etc.

          • Co-construire collectivement à partir des échanges suscités.

          • Écouter puis Croiser les différents regards.

          • Mieux comprendre et cerner les compétences de chacun

          • Ouvrir la situation institutionnelle de chacun : à partir d'exemples concrets, illustrer les modalités de travail de chacun, le point de vue, le questionnement de chacun

          • Faire lien (maillage) entre les uns et les autres.

          • Appréhender le fait de ne pas être le seul à avoir à répondre à la question qui m'est posée par l'adolescent en souffrance.


IDENTIFICATION DU RESPONSABLE ET CO-ANIMATION :

Maison d'Artémis (Psychanalyste + chargée de mission) et Unafam (Président et adhérente en responsabilité nationale : référente Prospect)

Secteur géographie : Blois

Calendrier : calé sur le rythme scolaire, séance de 2h a minima tous les deux mois (le premier mercredi du mois)

Public concerné : Le groupe est ouvert aux représentants d'usagers, aux acteurs du soin, du social et de la prévention, aux décideurs de l'organisation de la vie locale.


Professionnels

Médecin Psychiatre : Dr Antoine Fontaine

Pharmacienne : Dr Isabelle Veyrac

Psychologues : Françoise Bouvard (coordinatrice projet de soins), Priscilia Chevreau (neuropsychologue), Agathe Floc'h.

Infirmiers : Carole Marion, Julien Charbonnier, Brigitte Jean

Educateurs : Alexis Demigneux

Maîtresse de maison : Sandrine Dorval

Equipe pédagogique : Brigitte Jean

Secrétariat médical et administratif : Claude Pasdeloup


Qualité sécurité des soins

La politique qualité sécurité des soins est mise en place et évaluée. La méthodologie et les thématiques suivent les orientations définies par le comité de pilotage, la direction et la CME de la Clinique Médicale du Centre.

Voir la page Qualité et sécurité des soins


Formation - recherche

Séminaires

Séminaire théorico-clinique autour de présentations de cas
Clinique de Saumery : voir la page Formations


La Maison d'Artémis ouvre ses portes


Accueil de stagiaires

Possibilités de stages destinés aux étudiants de l'IFSI, aux psychologues, aux éducateurs.

Pour les internes DES psychiatrie, une dossier de demande d'agrément est en cours de formalisation.

Toute demande est à adresser à  : rh@saumery.fr


Associations de formation permanente

L'association Culturelle de Saumery et l'Institut du Cosson

L’Institut du Cosson est une association 1901 de formation permanente dont le but est de favoriser les approches psycho dynamiques des troubles psychotiques, de la personnalité et des états limites à travers une activité de consultation, de recherche et d’enseignement.

Il s’adresse aux professionnels en charge de patients relevant  de ces troubles.

Supervisions et formation d’équipes au sein de leur institution, Groupes Balint, analyses de pratiques, groupale et/ou individuelle.

Possède un numéro de Formation permanente et continue.

Siège social : 27 rue de Clignancourt 75018 Paris

www.institut-du-cosson.blog4ever.com

Contact : institutducosson@club.fr


Partenaires

Agence Régionale de Santé Centre Val de Loire

Caisse Primaire d'Assurance Maladie

Clinique de Saumery

Unafam - 41

Conseil Départemental du Loir-et-Cher : solidarités enfance-famille

Ville de Blois Contrat local de santé

MECS du domaine des Frileuses

Académie Orléans Tours

Centre Ressources Autisme Région Centre

Adapei 41

Aidaphi 41

Acesm 41


En pratique

Entrée : 78, bis rue du Foix, Blois

Parking sur le mail quai du Foix

Accès Handicapés : RDC et 1er étage.

Présence des jeunes :

     - Lundi, mardi, jeudi : 9.30 à 16.30

     - Mercredi, Vendredi : 11.00 à 16.30

Présence sanitaire continue aux heures d’ouverture.

Médecin coordinateur joignable en dehors des heures d'ouverture si urgence : contact@maisondartemis.fr


Contact

78 bis rue du Foix, 41000 Blois

T : 02 54 78 44 07

F : 02 54 78 53 53

Mail : contact@maisondartemis.fr